ECE 22.06 : la norme des casques moto évolue !

ECE 22.06 : la norme des casques moto évolue !
Chargement en cours... 79 vue(s)
ECE 22.06 : la norme des casques moto évolue !

Depuis 1973, année durant laquelle le port du casque est devenu obligatoire pour les motards, la qualité et la fiabilité des casques ont beaucoup évolué. Avec la nouvelle norme ECE 22.06, un nouveau palier est franchi en matière de sécurité. Elle intervient sur la réglementation de la fabrication des casques moto, afin d’en renforcer encore la protection. Au-delà du processus de conception, les résultats seront vérifiés par de nouveaux tests, plus complets et plus exigeants, qui auront lieu à des vitesses différentes, mais aussi sous des angles nouveaux. Le but bien sûr est de diminuer encore les risques de blessures à la tête et aux cervicales des motards, en cas de chute ou accident avec un tiers.

Les normes actuelles

Il existe déjà de nombreuses normes pour qu’un casque soit homologué. Dans le cas contraire, vous vous exposez à une amende de quatrième catégorie allant de 90 € à 375 € et un retrait de trois points sur votre permis de conduire. D’autre part, votre moto peut être immobilisée par les forces de l’ordre, ce qui vous oblige à repartir à pied ! Enfin, en cas de chute ou accident, votre compagnie d’assurance peut légalement baisser le montant ou carrément refuser de vous indemniser.

Les étiquettes d’homologation

Les casques vendus au sein du marché européen doivent porter une étiquette blanche, cousue sur la jugulaire. La lettre E signifie Europe et elle est suivie du chiffre qui représente le pays où le casque a été homologué. Pour la France, il s’agit du numéro 2.

Les bandes réfléchissantes

En matière de normes, la France est toujours championne pour les accumuler. Elle a donc imposé une norme supplémentaire qui n’a cours que dans notre pays : l’obligation des bandes réfléchissantes sur le casque.

Chaque casque en France doit porter 4 bandes réfléchissantes : devant + derrière + sur les 2 côtés. Lorsque vous achetez votre casque, le vendeur est tenu de vous les fournir à part, gratuitement, sans frais supplémentaires sur le prix du casque. Vous pouvez demander au vendeur de les apposer ou vous pouvez le faire vous-même, si vous préférez ajuster à votre guise les emplacements.

Si vous possédez un casque de couleur noire ou dans les tons foncés et que vous n’avez pas envie d’ajouter des adhésifs trop voyants, sachez qu’il existe des stickers réfléchissants noirs. Ils sont beaucoup plus discrets, mais tout aussi efficaces, lorsqu’il s’agit de réfléchir la lumière.

Il est rare de se faire verbaliser à cause de l’absence des stickers, mais c’est pourtant légal. Vous risquez, là encore, un retrait de 3 points sur votre permis de conduire, ainsi qu’une contravention de quatrième classe. Par ailleurs, étant donné qu’il est possible d’être verbalisé pour non port du casque par vidéo-verbalisation, on peut imaginer que des caméras puissent prouver que vous ne possédez pas de bandes réfléchissantes. Vous pourriez alors être verbalisé à distance. Cela peut vous paraître improbable, mais certaines villes qui considèrent les automobilistes et les motards comme des nuisibles, ne devraient pas hésiter à passer à l’acte sous peu.

Le système de fermeture du casque

Vous êtes tenu de porter un casque, mais vous avez aussi l’obligation de l’attacher avec sa jugulaire, depuis janvier 2006. Si vous ne respectez pas la loi, vous vous exposez à une contravention de 135 € et toujours le retrait des trois points sur votre permis de conduire.

Outre la contravention, porter un casque sans l’attacher n’a aucun sens. En cas de choc, il va voler et votre tête et vos cervicales ne bénéficieront plus d’aucune protection.

Voilà pour vos obligations actuelles. Voyons maintenant ce qui va changer.

La nouvelle norme ECE 22.06 pour les casques moto

La nouvelle certification européenne ECE 22.06 date de juin 2020. Son objectif est de renforcer la capacité de protection des casques. Elle succède à la norme européenne ECE 22.05 et vise à l’améliorer. Les fabricants disposent d’un délai allant jusqu’à juin 2023 pour s’y conformer.

Passée cette date, les modèles anciens ne pourront plus être fabriqués, ni même vendus. On ignore à ce jour si, après juin 2023, un motard roulant avec un casque ne répondant qu’à la norme européenne ECE 22.05, pourra ou non être verbalisé et sanctionné.

Ce point est d’autant plus important qu’il faut tenir compte des assurances. Si vous ne roulez pas aujourd’hui avec un casque homologué, votre compagnie d’assurance peut refuser de vous indemniser tout ou partie de votre sinistre. Il est important de savoir ce qu’il en sera au moment du passage entre la norme ECE 22.05 et la ECE 22.06.

Que change la norme ECE 22.06

La norme ECE 22.06 appliquée à la coque

Le nouvelle norme est plus exigeante et passe par des tests plus extrêmes. Les essais sont poursuivis à des vitesses supérieures, des angles plus variés et des hauteurs plus élevées.

- Les tests d’impact linéaires déjà existants sont complétés par des tests d’impact obliques. Ils s’avèrent en effet plus proches de la réalité des chocs dans un réel accident.

- Les casques sont désormais soumis à des chocs à basse et haute vitesse.

- Durant les tests, des capteurs supplémentaires disposés à l’intérieur du casque permettent de mieux appréhender l’énergie transmise à la tête et de mesurer avec plus de précision les dommages crâniens et liés au cerveau encourus.

- Les casques modulables sont testés dans leurs deux configurations, mentonnière fermée et ouverte.

- La résistance à l’abrasion est ajoutée, comme c’est déjà le cas pour l’équipement cuir et textile.

La norme ECE 22.06 appliquée à l’écran

La coque n’est plus désormais seule à être testée, mais l’écran l’est aussi. Pour que votre casque soit homologué, il faudra que l’ensemble – coque + visière – soit conforme à la nouvelle norme.

- Les écrans doivent résister à des impacts normés : une bille d’acier envoyée à 60 mètres par seconde (soit 216 km/h) contre l’écran ne doit pas déformer, briser ou détacher du casque l’écran.

- Les écrans solaires secondaires ne doivent pas limiter le champ de vision périphérique, avec un angle minimum accepté de 105°.

- Ces mêmes écrans solaires internes ne doivent pas empêcher la fermeture de l’écran principal.

- Les écrans fumés externes peuvent être plus foncés que par le passé, avec 35 % de transparence minimum, contre 50 % pour l’ECE 22.05. Ils devront dans ce cas porter une mention spécifiant qu’ils ne peuvent être utilisés qu’en journée.

- Les visières photochromiques qui changent de teinte automatiquement en fonction de la luminosité subissent un test utilisant le niveau de teinte maximale.

La norme ECE 22.06 : bonne ou mauvaise nouvelle

On ne peut que se réjouir que la sécurité pour le motard soit plus efficace. Néanmoins, les « effets secondaires » de cette nouvelle norme ne sont pas encore définis.

La lourdeur du casque

Soit les calottes en polystyrène et les coques sont renforcées, et le casque devient alors une version plus lourde et plus volumineuse de la norme ECE 22.05, soit les fabricants trouvent de nouvelles astuces, avec de nouveaux matériaux et le casque devient plus léger et moins volumineux.

La seconde hypothèse est la plus intéressante, car un casque léger perd de la force d’inertie et gagne en protection, tandis qu’un casque plus lourd pèse davantage sur les cervicales et la force d’inertie augmente, ce qui implique une moins bonne protection.

Le prix du casque

Dans les deux cas, l’opération sera défavorable pour le portefeuille du motard. Les fabricants doivent revoir la conception du casque dans son ensemble. Cela implique des études réalisées par des techniciens et ingénieurs, le renouvellement des moules pour fabriquer les casques, ainsi que des tests plus complexes et plus longs à réaliser.

Vous pouvez donc dès à présent prévoir l’augmentation du prix du casque.